[Test] God of War sur PS4

20

Mi reboot, mi prolongation de la saga, God of War (PS4) se déroule plusieurs années après God of War 3. On retrouve Kratos en Europe du nord, plus âgé, barbu, équipé d’une hache et d’un bouclier à la place de ses célèbres lames du chaos. Il vient de perdre sa nouvelle femme et il est père d’un pré-ado nommé Atreus. Ensemble, ils partent honorer la mémoire de la défunte dans une quête initiatique qui sera parsemée d’embûches. Que fait Kratos loin de son pays d’origine, pourquoi les divinités nordiques s’intéressent à lui ? Quels sont les origines du gamin ? … Les questions sont nombreuses, le jeu est plein de mystères et les réponses seront savamment distillées tout au long de l’aventure afin de tenir les joueurs en haleine.

Scénario :
En plus d’avoir enfin doté un God of War d’une vraie histoire et d’une vraie narration, Santa Monica Studio parvient à enrichir son anti-héro sans le dénaturer. Un véritable tour de force pour un personnage que l’on pensait connaître par coeur ! Bien qu’il soit très tendance en ce moment dans les jeux vidéo, le duo père / gamin fonctionne parfaitement sans tomber dans les clichés ou les situations déjà vues. La relation entre Kratos et Atreus questionne sur les relations père (spartiate) / fils et sur le fait de devoir assumer un passé particulièrement mouvementé.

Dans le cas présent, on peut même parler de trio avec un 3e protagoniste un peu spécial (no spoil) qui vient rajouter une pointe d’humour à une histoire particulièrement sombre.
Même si on se perd parfois sur les aller et retour des héros, God of War dispose d’un scénario qui maintient le joueur en haleine du début à la fin. Il est même ponctué d’un événement important en milieu de jeu (ne regardez surtout pas la liste des trophées !) qui vous fera bondir / hurler dans votre fauteuil. God of War bascule alors dans un kiff indescriptible que j’ai rarement connu dans un jeu vidéo : “Oh putain, OH PUTAIN !” je gueulais comme ça dans mon salon ! Impossible alors de lâcher la manette.

Réalisation :
Studio phare de PlayStation aux côtés de Naughty Dog, Guerrilla Games Sucker Punch, Insomniac Games… Le premier “vrai” jeu PS4 de Santa Monica Studio est forcément attendu au tournant en terme de réalisation. Alors je vous rassure tout de suite : c’est du très lourd ! Le studio américain nous montre tout son savoir faire en offrant un titre aux graphismes réalistes, variés et foisonnant de détails. Difficile de ne pas se pâmer devant la réalisation de God of War. Les graphismes sont splendides, le moteur graphique (sur ma PS4 Pro) tourne comme une horloge et le tout sans loading apparent. On a bel est bien l’impression de partir à l’aventure dans un monde fantastique inspiré de la mythologie nordique. La DA est soignée, l’univers est original mais le bestiaire manque un peu de variété. 3 fois le boss avec le menhir mais WTF ?!

Jouabilité :
God of War propose toujours son mélange habituel de beat em all, d’exploration et d’énigmes sauf que cette fois le résultat s’inspire énormément des jeux Naughty Dog. Ça en fera hurler certains et d’autres seront aux anges. La prise en main de God of War se fait de manière progressive. Le gameplay aux gâchettes est très surprenant au début mais on s’y fait rapidement d’autant plus qu’il est plus adapté aux nouvelles armes. Le duo hache + bouclier fonctionne très bien et offre de belles actions à distance et au corps à corps.

Le choix de passer le jeu façon TPS était particulièrement risqué mais on s’y fait très vite ! Alors certes, il y a des inconvénients comme des combats parfois un peu brouillon à cause de la caméra et une gestion des distances plus difficile à évaluer. Mais cette nouvelle vue permet de se rapprocher de l’action et de sentir la puissance et la rage du fantôme de Sparte comme jamais ! Même si Kratos parait plus costaud, il n’a pas perdu de son dynamisme en combat.

Le jeu offre un belle progression avec un arbre de compétence doté d’une large variété d’action de combat. Idem pour les interactions avec le gamin qui deviennent de plus en plus intéressantes et utiles en combats. A l’instar d’un RPG, Kratos et Atreus portent un équipement qu’il est possible d’interchanger et de faire monter en fonction de divers attributs. Une bonne idée qui permet permet de se constituer un duo personnalisé.

Durée de vie :
En mode normal, en tentant de farfouiller à droite à gauche à la recherche de collectibles, il m’a fallu 20h pour terminer l’histoire principale. Le jeu ne possède pas de grosse difficulté, les checkpoints sont nombreux, les ascenseurs(dédicace aux jours de GOW Ascencion) et les boss sont accessibles. God of War se dote même d’une bonne rejouabilité grâce à son monde semi ouvert en hub, des quêtes annexes et diverses activités à réaliser.

Conclusion :
Santa Monica Studio ne s’est pas reposé sur ses lauriers et propose une aventure épique et profonde qui saura séduire les nouveaux joueurs et les fans de la saga. Surprenant de bout en bout, God of War est le renouveaux d’une série que l’on croyait à bout de souffle. Le jeu va même encore plus loin en devenant le tremplin d’une nouvelle saga que l’on a envie de découvrir. Kratos est de retour et ça va chier !

Ma note : 18/20

Test réalisé sur PS4 Pro / screenshots de l’éditeur pour éviter les spoils

20 Commentaires

  1. Yop Tonton !

    Ahhhh merci pour ce test ! Toujours aussi bien détaillé et sans Spoil.

    Je l’attendais avec impatience.

    Vivement le 20.

  2. merci pour le test, ca ne fait que confirmer ma préco 🙂

    question pratique tu dois masquer les trophées gagnés pendant ton test avant l’embargo pour éviter que les joueurs curieux ne les voient sur ton profil PSN ?? (je sais je suis curieux et j’ai rien vu 😉 )

    • En fait les trophées ne sont pas encore actifs sur les servers PlayStation. Ils sont stockés en local et ne peuvent se synchroniser que quelques jours avant la sortie.

  3. En ce qui me concerne, « God Of War » est l’un des meilleurs jeux auxquels je me suis adonné. L’histoire est vraiment captivante. Ce jeu est bourré de surprises et les personnages sont très intéressants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here