Sorti en 2013 sur PS3, The Last of Us a été une claque absolue. Des notes dithyrambiques, plus d’une centaine de récompenses, un projet de série télé, une version remastered sur PS4… Le bébé de Naughty Dog a totalement chamboulé les joueurs du monde entier. Il aura fallu attendre 7 ans (c’est long) pour enfin avoir une suite. Alors qu’il est impossible de renoncer au plaisir de retrouver Ellie et Joel après tout ce temps, il est difficile de ne pas craindre que The Last of Us Part II puisse être la suite de trop, tant le matériau d’origine était puissant, voir presque parfait.

Naughty Dog a-t-il réussi à raviver l’ambiance et la magie du premier volet tout en apportant des nouveautés ? Allez on perd plus de temps, voici mon avis sur le jeu, sans spoilers évidemment !

Scénario :
The Last of Us se déroule en 2033 dans une Amérique post apocalyptique où l’humanité tente de survivre après une pandémie survenue 20 ans plus tôt. L’aventure précédente proposait de suivre le périple de deux rescapés, Ellie et Joel aux prises avec des infectés et d’autres survivants. Alors que TLOU s’apparenterait à une quête initiatique, TLOU2 est une histoire centrée sur la vengeance et la quête de sens. On retrouve nos deux héros 4 ans plus tard au sein d’une communauté paisible qui tente de maintenir le niveau de vie du passé. Mais un événement dramatique va troubler cette sérénité retrouvée et pousser Ellie a tout sacrifier pour se venger. La colère et la soif éperdue de consolation qui ronge les êtres épris de vengeance et leur faire perdre une partie de leur humanité est le thème central du jeu.

Ellie avait 14 ans quand on l’a quitté et dans TLOU2 c’est désormais une jeune femme. Elle a grandi mais au fond, elle n’a pas changé. Son regard et ses émotions à fleur de peau sont toujours les mêmes. Joel joue toujours son rôle de mentor et sa sérénité est comme un phare dans ce monde ravagé. Ils sont là, à nouveau réunis pour notre plus grand plaisir. Jamais, je n’avais eu autant d’attachement envers des personnages virtuels.

Alors que Naughty Dog aurait pu rester dans une certaine facilité avec cette suite, le studio offre une histoire poignante avec une vision moderne et des situations totalement inédites dans un jeu vidéo. La narration décousue faite de flashbacks et d’ellipse laisse le joueurs en permanence sur le qui-vive et permet des rebondissements totalement inattendus. A l’instar de ce monde ravagée, le jeu oscille entre séquences de grâce et déchaînement de violence. Le studio nous emmène loin, très loin avec une aventure complexe qui casse totalement la vision manichéenne habituellement présente dans les jeux vidéo.

Réalisation :
Comme on pouvait s’y attendre, Naughty Dog pousse la PS4 dans ses derniers retranchements. La fin de gen approche et le studio maîtrise la puissance de la console à la perfection. Le studio nous dépeint une magnifique et fascinante Amérique post-apocalyptique où la nature a repris ses droits et recouvre peu à peu la civilisation passée.

Le jeu brille par l’énorme travail réalisé sur les lumières naturelles, la végétation et l’eau. On retrouve les caractéristiques typiques des productions Naughty Dog comme un niveau de détail maladif avec une impressionnante variété de textures et des animations contextuelles à foison.

The Last of Us Part II s’illustre également par un travail exceptionnel réalisé sur la bande son, les doublages et les bruitages. La spatialisation des bruitages devient même un élément clef du gameplay et apporte une immersion supplémentaire à l’action. Je vous recommande d’ailleurs vivement de jouer au casque. A la fois pour profiter pleinement de l’ambiance sonore mais également pour cacher le bruit de réacteur de la PS4 Pro…

Jouabilité :
Sans surprise, TLOU2 propose le même style de gameplay que le premier volet. Mais ici tout est plus fluide, moins rébarbatif et surtout moins frustrant. On est toujours face à un jeu de survie dans lequel les ressources sont limitées. Les confrontations laissent souvent des traces et il est important d’observer et de réfléchir avant d’agir.

Plus le jeu avance et plus on prend plaisir à maîtriser les armes et les capacités qui nous sont offertes. Sauf à de rares exceptions, les niveaux sont de grands couloirs qui restent assez ouverts pour avoir une liberté d’action. Il est ainsi possible de jouer comme un ninja, en mode bourrin ou de mixer les deux (ma spécialité). Ce nouvel épisode dispose également d’une difficulté mieux dosée. L’IA générale a encore progressé avec différentes réactions en fonction du type d’ennemis rencontrés. Même si le jeu bénéficie d’un rythme plus lent qu’un Uncharted, il est plaisant de voir qu’il s’en inspire parfois comme dans certaines séquences d’action.

Durée de vie :
Contrairement au précédent volet, The Last of Us Part II est un jeu exclusivement solo. En mode normal, en fouillant à droite à gauche pour tenter de gratter quelques objets à collectionner, il m’a fallu environ 25 heures pour terminer l’histoire. De nombreuses séquences donnent envie d’être rejouées après avoir terminé l’aventure. C’est possible à travers le chapter select ou le new game + et les différentes niveaux de difficulté.

Conclusion :
The Last of Us Part II est une suite à couper le souffle qui arrive à se hisser à la hauteur du chef d’oeuvre qu’est son aîné. Beaucoup plus complexe et ambitieux que ce que je ne l’imaginais, le jeu m’a secoué comme jamais. Jouant avec les certitudes et les clichés que l’on peut avoir en étant gamer il m’a littéralement retourné le cerveau. TLOU 2 n’est pas la fin d’une histoire mais le début d’une saga d’un univers d’une grande richesse. Avec un tel jeu, la PS4 termine en apothéose et marque définitivement l’histoire du jeu vidéo. Elle peut reposer en paix.

Ma note : 19/20

Screenshots fournis par l’éditeur

26 Commentaires

      • Jeu terminé ce jour en mode Normal. Si un jeu devait définir l’excellence, ça serait celui-ci selon moi. Il n’est pas exempt de quelques défauts mais franchement, ce jeu est une claque.
        J’ai parcouru ton article, totalement d’accord ! Bon, je me relance dessus en mode Survivant+ !

          • Depuis mon dernier commentaire je n’ai pas eu le temps d’y rejouer, j’attends un moment opportun pour me relancer dedans en toute tranquillité mais franchement, j’y pense tous les jours. Ce jeu signe incroyablement bien cette fin de génération tout comme l’avait fait le premier épisode il y a 7 ans, en tout cas pour ma part. En tout cas, ça valait le coup d’attendre !

  1. Merci pour ce test. J’ai hâte d’y jouer. Au niveau des trophées, c’est comme le 1er ou différent ? Est-ce que tu vas tenter le platine ?

  2. Le jeu se fait allumer par les joueurs, qui s’accordent à dire qu’à part les graphismes, le reste est raté (narration, gameplay, personnages inintéressants). 3.3 sur metacritic et 10.3 sur jv.com

    Je lirai tes critiques et « infos » avec énormément de recul désormais Damonx :/

    • Mouais… Les communautés de rageux et trolls grouillent un peu trop sur le net et sur les réseaux sociaux depuis quelques années. Pour se plaindre ils sont toujours là, pour dire qu’un jeu est génial là bizarrement c’est plus compliqué.

      Bref, l’autre option serait d’y jouer de ton côté et de te faire ta propre opinion plutôt que de chercher à connaitre les notes, surtout pour un jeu comme celui-ci… Combien de jeux sont notés comme étant moyens alors qu’en fait, à chaque fois que des joueurs en parlent c’est pour n’en dire que du bien ?

  3. Faudrait un jour me définir les mots « rageux », « trolls » ou même « haineux », ces mots ont perdu toute signification, et ne désignent hélas le plus souvent, de nos jours, que « ceux qui ne sont pas d’accord avec moi ».

    D’un côté tu affirmes que ces « rageux » ne sont jamais là pour dire qu’un jeu est génial, puis la phrase d’après tu dis le contraire et que des jeux notés moyennement sont parfois encensés par les joueurs. Cette contradiction est insoluble.

    Perso j’achèterai le jeu, en occasion, à 20 euros max, et je me ferai mon opinion, quitte à présenter des excuses à Damonx s’il était dans le vrai et si la grande majorité des joueurs s’exprimant sur le net était dans le faux. Honnêtement je ne pense pas que j’aurai à m’excuser.
    Par contre ce qui me chagrine, c’est justement cette unanimité totale et inconditionnelle de la presse face à TLOU2. Elle est tellement unanime, elle dit d’une voix que le jeu est tellement parfait, tellement incroyable, que c’en est étrange, car on ne parle pas d’un jeu « révolutionnaire » techniquement par exemple. Je ne pense pas que les testeurs pro soient « payés » par les éditeurs. Je pense par contre que les testeurs pro sont obligés, d’une façon ou d’une autre, d’encenser le jeu, à cause de la pression de leur milieu socio-professionnel (qui est, en définitive, un microcosme, où tout le monde se connait).
    Raison n1 : ce microcosme étant très marqué politiquement (on dira « en phase avec le néo marxisme », mais c’est pas le sujet), dire du mal d’un très gros jeu AAA où l’héroïne est une lesbienne en 2020 reviendrait à montrer, aux yeux des autres membres de ce microcosme, une forme d’homophobie réelle ou fantasmée, à être assimilé à ceux qui critiquent le jeu comme étant un pur produit de propagande lgbt, et surtout une occasion aux autres de vous critiquer et de vous disqualifier professionnellement.
    Raison n2 : être une voix dissonante reviendrait à être blacklisté chez Sony, et donc à ne plus pouvoir recevoir ses copies de jeu en avance, et donc à ne plus pouvoir exercer son métier de testeur de jeu (ou l’exercer en retard, ce qui revient au même).

    Pavé César, si t’as pu me lire jusque là ^^

    • Débat sans fin sur les avis à propos d’un jeu et potentiellement sur le système de notation, je passe mon tour.
      Fais le jeu, fais-toi ta propre opinion. Et si tu es vraiment déçu, tu le vends.

      • Je ne vais pas acheter le jeu neuf et soutenir deux pratiques absolument à bannir, le « crunch » c’est-à-dire l’exploitation abusive des développeurs, et la pression mise sur les testeurs visant à donner des bonnes notes aux jeux en échange d’un accès privilégié aux copies de jeux en avance et aux événements, tour press, infos, voyages etc.
        The Last of Us 2 est effectivement un jeu du progrès, non pas parce qu’il montre des personnages homosexuels (tout le monde s’en fiche), mais parce qu’il va, suite à la grogne plus que massive des joueurs, peut-être permettre de réduire la pratique du crunch et limiter la corruption généralisée, véritablement « systémique » pour le coup, de la presse jv.

        Je l’avais dit, je lirai le blog de Damonx avec énormément de recul désormais. La réputation ça s’achète pas.

        • On peut voir les choses d’un autre point de vue. Ne pas acheter un jeu day one, c’est ne pas « récompenser » les développeurs pour leur boulot, surtout vu les efforts réalisés – pour un jeu que tu souhaites faire au final.

          Nous (joueurs) ne sommes pas débiles, on est quand même capables de distinguer un bon d’un mauvais jeu par la force des choses et ce depuis des décennies sans avoir à lire un test ou voir une note, et ce, dès que le jeu commence à montrer quelques informations.

          Pour revenir à ce que tu avais dit sur la note des « joueurs » sur Metacritic, voici un petit récapitulatif rapide :
          TLOU 1 : 95%, 9.1/10 pour 9900 votants (en 7 ans)
          TLOU 2 : 95%, 3.8/10 pour 49000 votants (en 2-3 jours) … pour un jeu qui se finit en 20-30 heures ! Donc en gros les votants n’ont pas dormi du weekend et se sont empressés de noter le jeu ! Ou comme par miracle ils avaient tous le jeu en avance et ont pu cracher tous des « 0 » le jour J.

          Ça sent le jeu plombé par une communauté de rageux qui a voulu faire payer certains faits, dont probablement le fameux crunch. Je ne pense pas que la qualité réelle du jeu soit représentée par ce 3.8… Aucun jeu au monde ne sera parfait, et des défauts, TLOU 2 en a (peu selon moi, mais il en a), mais de là à avoir une note aussi dégueulasse, n’importe quoi.

          • Bah on en est à plus de 10 jours de la sortie, 100000 votants, et le jeu est à 4,9/10. Voilà voilà.

            Faut vraiment que tu me définisses ce qu’est un « rageux », pour l’instant tout ce que j’y lis est « ceux qui pensent trop différemment de moi ».

            Le simple fait que ce jeu, qui était supposé rassembler les joueurs et être une sorte de fête de la fin de la génération actuelle de consoles, ait autant divisé les joueurs, montre que le jeu est un échec. Pas un échec commercial, mais il reste un échec pour le monde du jv.

            Je trouve ce jeu bien symptomatique de notre époque :
            – il est le produit de conditions de travail abusives pour les devs (le fameux « crunch », un turnover qui crève le plafond, les employés corvéables et remplaçables à merci)
            – mais c’est pas grave, cette réalité du terrain, car c’est un jeu « inclusif », regardez, une lesbienne est l’héroïne, elle aime une fille « racisée » en plus, mais quel jeu tellement vertueux, c’est si bô tant de Progrès, #BLM

            C’est comme quand Amazon ou Nike donnent des millions de $ à BLM, tant de cynisme froid me donne envie de gerber, mais il y aura toujours des idiots pour applaudir. Amazon maltraite ses employés au point de les réifier et Nike je parle même pas de leurs sous-traitants totalement inhumains, mais c’est pas grave, ils soutiennent BLM, cours acheter chez eux.

            Mais bref ce qui justifie la note basse du jeu, c’est son histoire, une banale vengeance à la fin décevante, ses personnages fades au contraire du 1 (le vrai point positif du 1, avec les graphismes) et son gameplay, qui comme dans le 1 est pourri.

        • Oui Fenris, c’était mieux avant, j’veux dire, lorsqu’un jeu vidéo était fait par quelques potes dans leur garage. C’est sûr qu’à cette époque il n’y avait aucune pression. TLOU 2 n’est clairement pas fait pour toi car les développeurs ont trop travaillés dessus, c’est une histoire de vengeance vite fait et en plus y’a de la gouinasse et de la « politique » dans le jeu alors franchement… Cours vite te remettre à jouer à Mario (ou Sonic), là tu ne seras pas déçu. Le gameplay est excellent, faut juste sauter sur la tête des ennemis et avancer vers la droite !

          Quand tu verras TLOU 2 à 20 balles sur Amazon, abstiens-toi pauvre fou, tu risquerais de les enrichir et d’inciter Naughty Dog a faire une suite ! Tu devrais aussi arrêter de commenter ce blog car ça joue positivement sur le référencement naturel (SEO) et du coup, Damonx est encore plus visible, et donc Sony ! C’est le serpent qui se mord la queue ! En plus, ce bougre (Damonx) joue déjà à Ghost of Tsushima, un autre « gros » jeu pour lesquels les développeurs ont probablement subis eux aussi une phase de crunch. Quel chanceux ce Damonx, et à tous les coups ils ont dû même le payer pour qu’il y joue !

          Tu défends tes convictions comme un chien qui garde son os mais je doute que ce soit le bon endroit pour en parler.

          Ton dernier paragraphe me laisse entendre que tu sais déjà tout du jeu sans même l’avoir fait donc fin de la discussion.

    • @Fenris, tu penses sincérement que Sony et Naughty Dog ont besoin du blog de Damonx pour vendre des pleines palette de LastOfUs 2 ?

      • Il est évident que tu n’as pas lu entièrement ce que j’ai écrit (à moins que tu ne sois tout simplement idiot).

  4. Franchement Fenris, on en parle des 150 millions d’enfants qui crunchent dans le monde ? 5 fois plus de votants que TLOU en 3 jours, on en parle de l’objectivité ? Je suis d’accord avec Fury, j’ai dans les bottes des montagnes de haters.

  5. Moi perso je ne comprend pas pourquoi tu te spoil l’histoire Fenris, dire que la fin du jeu est décevante, car des gens le disent sans avoir fait le jeu, je trouve cela navrant.
    Arrête de lire les test et va te fair eta propre opinion, si tu attends toujours d’avoir l’avais de quelqu’un pour te faire ton avis sur un produit tu me semble assez fade.
    Besoin des autres pour existé….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here