La PS5 tourne à plein régime à la maison ! C’est les joies de la nouvelle gen alors je papillonne d’un jeu à l’autre…. J’ai décidé de profiter de l’occasion pour vous donner mes impressions sur la dizaine de jeux que je teste actuellement.

Marvel’s Spider-Man Miles Morales :
Difficile voir impossible de passer à travers le AAA de la PS5 ! Ce standalone est la suite de Marvel’s Spider-Man sorti en 2018 sur PS4. On retrouve le débutant Miles Morales en gardien de la ville de New York. Sera-t-il aussi bon que son mentor parti en vacances ? Oh que oui ! Ce héros est tout attachant et son gameplay plus fluide et plus brutal m’a vraiment séduit.

Il m’a fallu 10h environ pour boucler l’histoire principale et au moins 10 de plus pour finir le jeu à 100%. Jamais New York n’aura été aussi beau et agréable à visiter dans un jeu vidéo. Quel pied ! Dommage qu’il faut choisir entre fluidité et raytracing… Un must have de la PS5.

Marvel’s Spider-Man Remastered :
Miles Morales vous a donné envie de refaire Spider-Man PS4 ? Sony a pensé à vous avec cette version remastered du jeu d’origine. Considéré comme un nouveau jeu, il n’est pas possible d’y importer sa sauvegarde PS4 pour le moment (apparemment Insomniac Games bosse dessus).

En revanche, il embarque, le jeu de base, les 3 DLC et un nouveau trophée platine. Les graphismes du jeu d’origine ont été boostés aux hormones (mode graphique 4K 30 images secondes ou 60 images par secondes à partir d’une résolution plus basse). Le résultat est beaucoup plus beau que la version PS4 mais n’atteint pas le rendu visuel de Miles Morales. Ça reste une valeur sûre à faire et à refaire.

Bugsnax :
Premier jeu “offert” aux abonnés PlayStation Plus. Bugsnax est un titre développé par le studio Young Horses responsable de l’étrange Octodad : Dadliest Catch. Leur nouveau jeu toujours un peu chelou se déroule dans un monde enfantin semi ouvert où l’on doit chasser différentes petites bestioles toutes aussi étranges.

Bugsnax vise clairement un public jeune voir très jeune mais j’y suis resté pour l’ambiance un peu décalée, le grattage de trophées et surtout pour m’amuser avec les capacités de la DualSense. Elles sont très bien exploitées à travers les différents pièges utiles pour capturer les bestioles et je me suis pris à rêver de retrouver ces sensations dans de plus gros jeux.

Godfall :
Première exclusivité temporaire de la PS5, Godfall est typique des jeux de lancement. C’est beau, c’est fluide, ça brille dans tous les sens, ça sur-exploite les capacités de la machine mais c’est creux comme un tambour. C’est le genre de titre que l’on achète pour se convaincre d’avoir bien acheté une console next-gen et pour épater les potes qui passent à la maison.

L’univers pourtant travaillé fait un peu artificiel et l’histoire n’est pas très captivante. Cet action RPG se destine avant tout aux fans de jeux répétitifs qui aiment looter. Du pur no brain défouloir. Perso c’est typiquement le genre de titre que j’aime tâter après une journée de boulot. Il y a de fortes chances pour que j’y passe des dizaines d’heures. Hahaha !

NBA 2K21 :
Parmi les jeux de sports disponibles au lancement de la PS5, il y a NBA 2K1 ! La référence des jeux de basket fait une apparition remarquée avec des graphismes d’une propreté éclatante et des loadings quasi inexistants. Un vrai plaisir pour les yeux même s’il faudra encore quelques versions avant d’atteindre le photoréalisme que l’on attend dans ce type de jeu.

Chocs dans la manette, fatigue dans la gâchette… le jeu exploite de manière très utile les capacités de la DualSense. Pointu et complet pour les experts, NBA 2K21 a le mérite de rester accessible et plaisant pour les novices comme moi qui souhaite juste se faire des parties des Bulls contre les Lakers avec les équipes classiques des années 90. C’est ça aussi que j’attends d’un jeu de sport !

Sackboy : A Big Adventure :
Vous prenez LittleBigPlanet, vous changez le nom pour des raisons marketing, vous retirez les niveaux en 2,5D et le mode création et vous obtenez Sackboy : A Big Adventure un jeu de plateforme en 3D dans le sympathique univers créé par MediaMolecule.

Ces gros changements agaceront deux-trois puristes de la licence mais je trouve qu’ils ont le mérite de rendre le jeu beaucoup plus accessible. Sackboy : A Big Adventure n’est pas le titre qui vous montrera les capacités de la PS5. Mais il fait le job ! Les changements apportés au gameplay sont réussis et c’est un vrai plaisir de parcourir les niveaux en suivant la génialissime bande son. Le plaisir de jeu monte d’un cran à deux joueurs (sur le même écran sans split screen) au point qu’il justifie à lui seul l’achat d’une deuxième manette !

Demon’s Souls :
Le père de tous les Souls est de retour ! Il débarque sur PS5 dans un remake géré par Bluepoint game. Le résultat est à tomber par terre ! Aussi beau que violent, c’est une extase visuelle de tous les instants.

J’ai déjà 15h de jeu (et de souffrance) au compteur et j’en redemande. (oh oui fait moi mal) Le jeu m’obsède comme Bloodborne et Nioh. Je veux progresser, je dois avancer, je dois me transcender pour en venir à bout. HHHHHHHHHHHHAAAAAAAAAAA. Oui je vais bien. Achetez Demon’s Souls, c’est la tuerie de la PS5.

Astro’s Playroom :
Pré-installé sur la PS5, Astro’s Playroom sert de démo technique des fameuses capacités de la DualSense. Il cache aussi un vrai bon jeu qui vous procurera beaucoup de plaisir. Les différents types de gameplay sont réussis et l’idée de revisiter l’histoire de PlayStation est totalement géniale (Nintendo doit être vert de n’y avoir pas pensé avant).

Bien qu’un peu trop court, Astro’s Playroom est la petite pépite cachée au cœur de votre console. Essayer c’est l’adopter. Il me faut des figurines et des peluches Astrobot ! Gros coup de coeur pour ASOBI Team qui risque de continuer à nous surprendre sur cette gen.

Devil May Cry 5 Special Edition :
DMC5 débarque sur new gen dans une Special Edition ! Au menu du raytracing à gogo, des graphismes améliorés, un mode turbo 120hz (sans raytracing), un nouveau mode de difficulté, le contenu de l’édition deluxe, le color pack EX et la possibilité de jouer avec Vergil.

La différence de graphismes avec la version PS4 est impressionnante. Difficile de ne pas voir le gouffre qui sépare les deux versions. La maîtrise de Capcom fait plaisir à voir et me laisse rêveur quand à l’arrivée d’une version PS5 de Monster Hunter World (je prends MH Rise aussi). Reste à voir si cette Special Edition trouvera son public puisqu’elle s’adresse avant tout aux joueurs n’ayant pas fait la version old gen et aux fans harcore de la saga.

DIRT5 :
Premier jeu de course disponible au lancement de la console, DIRT5 ne brille malheureusement pas par sa réalisation générale. On se demande même un peu sur quelle gen on joue… Le virage arcade de la série et les couleurs fluos ne plairont pas à tout le monde mais perso c’est mon truc (l’arcade hein pas le fluo !).

Malheureusement la sensation de vitesse n’est pas bluffante et on se fait un peu chier en course. Heureusement qu’il y a des défis pour s’occuper. Le gameplay est plutôt plaisant et la gestion de la DualSense y fait beaucoup. C’est génial de ressentir la pression de l’accélérateur et les passages de vitesse dans les gâchettes.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci de ces tests, pour l’instant, j’ai l’impression que ma PS4, mon PC et ma Box One feront l’affaire avant d’attaquer vraiment dans le dur et d’avoir de vraies exclus PS5. En espérant qu’elles me correspondent, comme ça été le cas depuis la PS1. Donc, je vais attendre avant de l’acheter, attendre l’exclu qui va me faire craquer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here