[Preview] God of War sur PS4

10

A un mois de la sortie de God of War sur PS4, PlayStation s’est lancé dans une tournée mondiale de promo / preview du jeu auprès des médias. J’ai eu la chance de participer à une session parisienne de hands-on et voici mes premières impressions après 2-3h de gameplay. 

Après avoir déversé des hectolitres de sang dans toutes les consoles de Sony, Kratos débarque sur PS4 dans un tout nouvel opus sobrement intitulé God of War. Dans cette suite qui n’en a pas le nom, on retrouve le célèbre anti-héro vieilli, barbu, vêtu d’un pantalon et portant une hache à la place de ses fameuses lames. Il est veuf et père d’un gamin d’une dizaine d’année. Un sacré chamboulement…

L’ellipse scénaristique qui sépare God of War III de ce nouvel épisode est énorme et immédiatement l’imaginaire du joueur se met en marche pour découvrir ce qui a pu se passer entre temps. Que fait Kratos dans le nord de l’Europe ? Qu’est-il arrivé à la mère du gamin ? Pourquoi les divinités nordiques en veulent aux héros ?

Oui, « héros » au pluriel car ce God of War suit les aventures de Kratos et de son fils, Atreus préservé jusqu’ici de la violence et des combats par sa mère. Le gamin fait rapidement oublier son côté agaçant (la crête sur la tête) lorsque l’on découvre sa fragilité et ses échanges avec son père (très ressemblant de ceux d’Ellie et Joel dans TLOU). Atreus souffre de la mort de sa mère et la quête initiatique lancée par son spartiate de père va évidemment le transformer. Ce nouveau God of War promet une aventure plus narrative avec pour thème la paternité et la vengeance…

L’autres révolution de ce GOW vient évidemment du gameplay entièrement repensé avec une vue à la 3e personne ainsi que la présence d’une hache et d’un bouclier qui remplacent les lames du chaos ! Mais je vous rassure tout de suite, God of War propose un gameplay très nerveux qui ne fera pas rougir les autres épisodes de la série. Alors certes, il faut un petit temps d’adaptation pour maîtriser la distance et les commandes au gâchettes (R1 et R2). Mais très rapidement on prend plaisir à défoncer tout les bestioles qui osent barrer notre chemin.

Kratos est surpuissant et sa violence n’a pas pris une fucking ride ! Santa Monica studio a annoncé que cet épisode sera le plus violent de la série, et je veux bien les croire après ce que j’ai vu ! In game, le gamin est un soutien utile qui écoute (plus ou moins), aide à résoudre les énigmes, et distrait les ennemis avec ses flèches et casse même certains boucliers. Il faut dire que quand ton père s’appelle Kratos, t’as pas intérêt à broncher !

La hache est géniale à utiliser. Quand elle est lancée, elle glace les ennemis et elle cause des dégâts supplémentaires quand on la rappelle dans la main (bouton triangle). Un système d’arbre de compétence et un nombre important de nouveaux pouvoirs et de combos à déverrouiller promettent un gameplay particulièrement riche avec une grande variété d’actions. J’ai d’ailleurs trouvé ça très intéressant de voir que des journalistes jouaient pas du tout de la même manière que moi.

Au niveau des graphismes, le premier jeu PS4 de Santa Monica Studio était attendu au tournant. God of War sera sans aucun doute la nouvelle référence en terme de graphismes sur console de salon. Les graphismes et la réalisation de cette version preview étaient à tomber par terre. Naughty Dog n’a qu’a bien se tenir, le challenge est lancé !

Cette preview a effacé toutes les craintes que je pouvais avoir sur les nouveautés de ce volet PS4. L’essence de God of War est toujours présent. Bien qu’innovant, l’expérience ne devrait pas froisser les fans de la première heure. D’ailleurs, je trépigne d’impatience à l’idée de remettre la main sur le jeu afin de découvrir les mystères qui entourent le jeu et ce qui va arriver à Kratos et Atreus !

10 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here